La mobilisation continue à l'école Jean Moulin .

Publié le par MGRC

La mobilisation continue à l'école Jean Moulin .

Montgeron : le combat continue

ESSONNE INFO | Par Remi Nanni | Publié le lundi 18 mai 2015 à 12:00 | 0 contribution

Le blocus de l’école Jean Moulin de Montgeron n’avait pas suffit. Alors, mercredi 13 Mai, les

ESSONNE INFO | Par Remi Nanni | Publié le lundi 18 mai 2015 à 12:00 | 0 contribution

Le blocus de l’école Jean Moulin de Montgeron n’avait pas suffit. Alors, mercredi 13 Mai, les parents d’élèves sont passés à la vitesse supérieure, organisant une manifestation dans les rues de la ville, afin d’obtenir ce fameux statut AEP.

Il est 8h30 quand les parents commencent à affluer à l’entrée de l’école. Il est l’heure pour eux de déposer leurs enfants à la maternelle. C’est alors que Franck Percher, déjà présent lors du blocus, prend la parole, pour inciter les gens à se mobiliser et à participer avec lui à cette protestation. Il manque un petit peu d’assurance, au début. Comme il nous le dira plus tard, «Je n’ai pas trop l’habitude d’organiser ce genre de choses. Mais les autres parents non plus, donc il faut bien s’y mettre ».

La banderole est déjà préparée. Tandis que Franck Percher rappelle à tous les parents les raisons de la mobilisation, le groupe de parents est rejoints par des élus locaux, dont Patrice Cros, du groupe « Une Alternative pour Montgeron » ou encore de Christophe Joseph (MRC).
C’est l’heure de se mettre en marche. Quatre mamans viennent aux avant-postes pour déployer la banderole, et la marche est fermée par celles, un peu moins rapides, qui sont venues manifester avec leur poussette. Le slogan est trouvé rapidement : « Pas de classement AEP, maternelle fragilisée ». Pour Franck Percher, c’est le message qui compte.

Deux choses sautent alors immédiatement aux yeux : l’ambiance, la bonne humeur qui règne dans le cortège, et également le fait que ce sont surtout les mamans qui se sont mobilisées aujourd’hui. Beaucoup de mères de famille, donc, venues défendre les intérêts de leurs enfants. « Ça n’est pas normal. Ils sont plus de 30 dans la classe de maternelle de mon fils. A cet âge là ils ont besoin de plus d’attention. L’école est obligatoire, mais à 33 ou 34 par classe ils n’apprennent rien. Autant les mettre à la garderie ou les garder à la maison, ça reviendrait au même », nous dit une parent d’élève, très remontée.

Lettre à l’Inspection Académique et derniers espoirs

Escortée par la police municipale, la manifestation va descendre toute l’avenue Charles de Gaulle, puis traverser le parc, pour se retrouver sur la route de la mairie. Le défilé occupe une voie de circulation, mais la plupart des conducteurs qui pourraient être gênés paraissent plutôt encourager les parents. La manifestation est rapidement renforcée par l’arrivée de Sylvie Carillon, maire de Montgeron. Celle-ci prend clairement position pour les parents, et assure que « la mairie soutient à 100 % ce mouvement ». Sur ce point les élus d’opposition présents dans la manifestation la rejoignent totalement.

Elle se joint au cortège et commence à entonner le slogan avec le reste du groupe, décidément très actif. Les parents avancent ainsi jusqu’à l’Inspection de l’Éducation Nationale de Montgeron, à côté du commissariat. L’inspecteur n’étant pas disponible, les parents lui déposent une lettre de deux pages, dans laquelle ils lui rappellent tout le déroulé de leur combat : le fait que la situation est compliquée depuis plus d’un an, que leur école possède le plus gros taux de redoublement de la ville, et que le nombre d’enfants par classe va encore croître à la rentrée.

C’est ensuite l’heure de rentrer chez soi. Toutefois, avant de se séparer, Franck Percher leur annonce une bonne nouvelle, peut-être remplie d’espoir : une nouvelle réunion du CDEN aura lieu fin juin, pour attribuer de nouveaux statuts AEP aux écoles essonniennes. Une sorte de session de rattrapage, en quelques sortes. A voir si l’école Jean Moulin passera le test haut la main.

ESSONNE INFO | Par Remi Nanni | Publié le lundi 18 mai 2015 à 12:00 | 0 contribution

Le blocus de l’école Jean Moulin de Montgeron n’avait pas suffit. Alors, mercredi 13 Mai, les parents d’élèves sont passés à la vitesse supérieure, organisant une manifestation dans les rues de la ville, afin d’obtenir ce fameux statut AEP.

Il est 8h30 quand les parents commencent à affluer à l’entrée de l’école. Il est l’heure pour eux de déposer leurs enfants à la maternelle. C’est alors que Franck Percher, déjà présent lors du blocus, prend la parole, pour inciter les gens à se mobiliser et à participer avec lui à cette protestation. Il manque un petit peu d’assurance, au début. Comme il nous le dira plus tard, «Je n’ai pas trop l’habitude d’organiser ce genre de choses. Mais les autres parents non plus, donc il faut bien s’y mettre ».

La banderole est déjà préparée. Tandis que Franck Percher rappelle à tous les parents les raisons de la mobilisation, le groupe de parents est rejoints par des élus locaux, dont Patrice Cros, du groupe « Une Alternative pour Montgeron » ou encore de Christophe Joseph (MRC).
C’est l’heure de se mettre en marche. Quatre mamans viennent aux avant-postes pour déployer la banderole, et la marche est fermée par celles, un peu moins rapides, qui sont venues manifester avec leur poussette. Le slogan est trouvé rapidement : « Pas de classement AEP, maternelle fragilisée ». Pour Franck Percher, c’est le message qui compte.

Deux choses sautent alors immédiatement aux yeux : l’ambiance, la bonne humeur qui règne dans le cortège, et également le fait que ce sont surtout les mamans qui se sont mobilisées aujourd’hui. Beaucoup de mères de famille, donc, venues défendre les intérêts de leurs enfants. « Ça n’est pas normal. Ils sont plus de 30 dans la classe de maternelle de mon fils. A cet âge là ils ont besoin de plus d’attention. L’école est obligatoire, mais à 33 ou 34 par classe ils n’apprennent rien. Autant les mettre à la garderie ou les garder à la maison, ça reviendrait au même », nous dit une parent d’élève, très remontée.

Lettre à l’Inspection Académique et derniers espoirs

Escortée par la police municipale, la manifestation va descendre toute l’avenue Charles de Gaulle, puis traverser le parc, pour se retrouver sur la route de la mairie. Le défilé occupe une voie de circulation, mais la plupart des conducteurs qui pourraient être gênés paraissent plutôt encourager les parents. La manifestation est rapidement renforcée par l’arrivée de Sylvie Carillon, maire de Montgeron. Celle-ci prend clairement position pour les parents, et assure que « la mairie soutient à 100 % ce mouvement ». Sur ce point les élus d’opposition présents dans la manifestation la rejoignent totalement.

Elle se joint au cortège et commence à entonner le slogan avec le reste du groupe, décidément très actif. Les parents avancent ainsi jusqu’à l’Inspection de l’Éducation Nationale de Montgeron, à côté du commissariat. L’inspecteur n’étant pas disponible, les parents lui déposent une lettre de deux pages, dans laquelle ils lui rappellent tout le déroulé de leur combat : le fait que la situation est compliquée depuis plus d’un an, que leur école possède le plus gros taux de redoublement de la ville, et que le nombre d’enfants par classe va encore croître à la rentrée.

C’est ensuite l’heure de rentrer chez soi. Toutefois, avant de se séparer, Franck Percher leur annonce une bonne nouvelle, peut-être remplie d’espoir : une nouvelle réunion du CDEN aura lieu fin juin, pour attribuer de nouveaux statuts AEP aux écoles essonniennes. Une sorte de session de rattrapage, en quelques sortes. A voir si l’école Jean Moulin passera le test haut la main.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article