Politique de l'habitat et consommation. Répondre aux besoins par une politique de l'offre adaptée pour les parcours résidentiels enjeu du PLU !

Publié le par MGRC

Politique de l'habitat et consommation. Répondre aux besoins par une politique de l'offre adaptée pour les parcours résidentiels enjeu du PLU !

La part consacrée par chacun-e d'entre nous pour nous loger pèse dans nos budgets de plus en plus lourd année après année. Vivre dignement dans son appartement ou son pavillon, en location ou accession à la propriété est un droit élémentaire de la dignité humaine et surtout de l'exigence républicaine de bien vivre ensemble.

Qui ne voit que pour la grande majorité de nos concitoyens la charge du logement pèse lourdement sur les budgets familiaux, qu'il s'agisse de payer son loyer mensuel ou de rembourser les emprunts contractés pour acquérir le toit de ses rêves dans un contexte des transactions immobilières ou les prix restent élevés et les prêts bancaires souvent inaccessibles pour les primo-acquérant.

C'est bien pour cela que lors du débat au Conseil Municipal de Montgeron du 25 septembre 2014 sur l'adoption du Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) les élus de la Gauche Républicaine et Citoyenne ont regretté l'absence d'un contenu stratégique réel susceptible de déterminer les conditions d'un vrai parcours résidentiel pour tous les montgeronnais, quelques soient leurs situations financières, sociales et de génération.

Engager une révision d'un Plan Local d'Urbanisme en fracturant le territoire n'a jamais été une réponse créatrice d'avenir pour un territoire et les populations qui le compose. Avancer l'idée surannée et démagogique de "ville à la campagne" dans un bassin de vie en pleine mutation urbaine est sans aucun doute le meilleur moyen de ne pas être acteur de son territoire et se positionner en victime permanente des décisions prises par les autres à défaut d'être un partenaire exigeant et tourner vers l'avenir.

Enfin, utiliser le levier fiscal en augmentant les impôts des la première année de +12% et l'ensemble des tarifs des services publics communaux et intercommunaux sur 2014 et 2015, sont des actions qui tendent à faire de notre territoire (comme sur Yerres) un lieu de résidence de sélection par l'argent qu'une grande majorité de Montgeronnais-ses ne peuvent déjà plus suivre !

Leur projet est bien celui de l'exclusion sociale du plus grand nombre des habitants actuels de Montgeron pour asseoir une clientèle électorale à long terme et l'absence de vision stratégique élargie des enjeux de notre territoire dans l'ensemble métropolitain.

A lire l'article ci-dessous tiré de la revue Dossier familial.

"~~ Le budget consacré par les Français au logement a bondi depuis 1990 (Le 21/07/2015 -Dossier familial - Antonio Diaz).

Les ménages consacrent davantage d’argent pour se loger qu’en 1990.

La part des dépenses liées au logement dans la consommation totale a augmenté de 20,6 % à 26,8 % entre 1990 et 2014, indique l’Insee dans une étude. L’augmentation des prix de l’immobilier et des loyers permet d’expliquer cette hausse. Les ménages consacrent davantage d’argent pour se loger qu’en 1990, montre l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans La France en bref, un document publié lundi 20 juillet et fournissant une série de données sur l’économie et la population du pays.

Entre 1990 et 2014, la part des dépenses consacrées au logement, à l’eau, au gaz, à l’électricité et aux autres combustibles a grimpé de 20,6 % à 26,8 % de la consommation globale. L’envolée des prix de l’immobilier et la hausse des loyers sont particulièrement en cause.

Le niveau des dépenses alimentaires en baisse Sur la même période, le niveau des dépenses en produits alimentaires et en boissons sans alcool a diminué de 14,7 % à 13,3 % de la consommation totale.

Quant à la part des dépenses consacrées aux vêtements et aux chaussures, elle a chuté de 7 % à 4,3 % entre 1990 et 2014.

Poids dans la consommation totale 1990 2000 2004

Produits alimentaires et boissons sans alcool 14,7 % 13,4 % 13,3 % Boissons alcoolisées, tabac et stupéfiants 3,3 % 3,8 % 3,6 %

Articles d’habillement et chaussures 7 % 5,5 % 4,3 %

Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles 20,6 % 23,6 % 26,8 %

Meubles, articles de ménage et entretien courant du foyer 6,6 % 5,8 % 5,3 %

Santé 3,2 % 3,6 % 4,3 %

Transports 14,9 % 14,5 % 13,1 %

Communications 2,1 % 2,7 % 2,6 %

Loisirs et culture 8,5 % 9,4 % 8,3 %

Enseignement 0,6 % 0,7 % 0,9 %

Restaurants et hôtels 6,1 % 6,5 % 6,6 %

Biens et services divers 13,1 % 12 % 11,5 %

Solde territorial* -0,7 % -1,5 % -0,5

Près d’un quart des ménages ne sont pas connectés à Internet Les ménages s’équipent de plus en plus de multimédia. Mais en 2013, près d’un quart d’entre eux ne disposaient pas de micro-ordinateur et/ou de connexion Internet.

Equipement des ménages en multimédia (seulement en France métropolitaine) 2004 2007 2013 Téléphone portable 69 % 76,9 % 88,9 %

Micro-ordinateur 44,7 % 58,9 % 76,8 %

Connexion à Internet 30,5 % 48,5 % 75,1 %

L’Insee précise par ailleurs qu’en 2013, 83,5 % des foyers étaient propriétaires d’une voiture. Cette année, 97,1 % des ménages possédaient une télévision couleur (en métropole).

* Le calcul du solde territorial résulte d’une soustraction : dépenses des résidents en France faites à l’étranger – dépenses des non-résidents en France faites sur le territoire."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article