SECURITE TRANSPORT : Moins de récupération politicienne plus d'actes concrets madame la Maire candidate !

Publié le par MGRC

SECURITE TRANSPORT : Moins de récupération politicienne plus d'actes concrets madame la Maire candidate !

Une nouvelle fois en moins d'un mois une agression inacceptable d'un agent des transports urbains du Val d'Yerres a généré un arrêt de travail des agents de la société délégataire du service public de transport sur notre territoire. Acteurs publics et usagers sont confrontés depuis plusieurs jours à cette carence de service qui engage en premier lieu la société délégataire sur la mobilisation (groupe VEOLIA) de ses ressources pour répondre à la fois aux exigences de maintien du service public et, de sécurisation des agents de son entreprise dans le cadre de ses missions.

Il est particulièrement choquant de constater une nouvelle fois que la Maire de la ville, sans doute prochaine candidate aux élections régionales et, son premier adjoint par ailleurs vice-président du Syndicat des Transports d'Ile de France, tentent une récupération politicienne sur les difficultés subies par les Montgeronnais-es et les agents de ce service public.

Choisir la politique du pire à des fins électoralistes est proprement irresponsable, alors même qu'en d'autres époques la collectivité a su répondre à la fois aux besoins de nos concitoyens tout en respectant les droits des salariés.

Nous avons demandé que la commune sur les heures de pointe puisse affréter des bus de substitution comme cela a pu déjà ce faire - Aucune réponse concrète de la Maire !

Nous avons déposé lors du dernier conseil municipal une motion demandant la dotation d'effectifs de policiers sur le commissariat de Montgeron afin de maintenir une qualité d'intervention de la police nationale et de veiller à une meilleure coordination des rôles et missions avec la police municipale - Sur proposition de la Maire nous avons retiré la délibération en séance pour l'amender au plus prés de la demande à formuler au ministère de l'Intérieur - un mois et demi après SILENCE RADIO DE LA MAIRE et toujours aucune initiative ni contact alors même que le directeur de cabinet du ministre de l'intérieur nous avait répondu par courrier son intérêt et son engagement à suivre le dossier !

L'exigence républicaine suppose un minimum d'honnêteté intellectuelle dans l'exercice des mandats et de respect de nos concitoyens qui souffrent quotidiennement de la situation. Une nouvelle fois, moins de mots et plus d'actes concrets, nos concitoyens en ont besoin et, la démocratie représentative aussi !

Commenter cet article