RESTAURATION MUNICIPALE. UNE EXIGENCE : UNE COMMISSION ELARGIE DE TRAVAIL SUR LA QUALITE ET UNE MAITRISE DES COUTS POUR LES USAGERS.

Publié le par MGRC

Fidèle à leur engagement d'agir pour une gestion de proximité fondée sur la transparence et l'analyse objective sur la qualité et les coûts généraux des services publics (en régies municipales ou délégués) rendus aux Montgeronnais, les élus de la Gauche Républicaine et Citoyenne (MRC) ont demandé à la Maire la transmission de toutes les pièces et contrôles sanitaires depuis 2012 afin d'aborder de manière constructive le débat engagé sur le devenir du service municipal de restauration qui dessert notamment les groupes scolaires de notre ville.

A cette heure et malgré plusieurs relances, la municipalité n'a toujours pas souhaité informer les élus, ni formaliser une commission municipale élargie aux partenaires et usagers afin que puisse être sereinement étudiées les mesures à prendre tant en terme de court terme que sur les orientations de long terme.

Cela corrobore, si il en était besoin, la volonté de la municipalité de gérer ce dossier essentiel, notamment pour les parents d'élèves de notre ville, sur un mode frontal et sans prise en considération d'éléments objectifs d'aides à la décision.

L'absence de transparence, hier comme aujourd'hui, concernant la gestion de la caisse des écoles laïques, le manque crucial d'anticipation et de planification des travaux et des engagements financiers depuis 2014, l'absence d'un volet collaboratif et de partenariat autour d'un Projet Educatif De Territoire (PEDT) susceptible de finaliser l'articulation et l'animation des temps de repas en milieu scolaire ainsi que les espaces de concertations collectivité/usagers, sont autant de manques qui aujourd'hui ne peuvent être corrigés par une réunion descendante d'information sans travail collaboratif effectif.

Ce dossier ne peut pas, par ailleurs, se raisonner qu'à l'échelle de notre ville. Toutes les études techniques démontrent que les unités de production garantissant un ratio cout/qualité/diversité/prix doivent approcher une valeur de 20 000 repas jour quelque soit le mode de gestion du service (régie ou délégué) et le mode de liaison employé (froide ou chaude).

Une telle dimension de production et de chaine d'approvisionnement, notamment en produits BIO, doit donc se poser à l'échelle intercommunale et sur la base de comparatifs fiables sur les moyens mis en œuvre et les analyses satisfaction des usagers.

Il en va de même sur l'évolution des offices et salles de restauration qui quelque soit le mode d'organisation (self, restaurant, espace restauration,...) doit être en adéquation avec l'animation pédagogique de ce temps particulier dans la journée.

La réunion d'information unilatérale de la municipalité ne peut être donc considérée comme un aboutissement mais bien comme une occasion de répondre à l'exigence portée par les Montgeronnais d'une ville vraiment citoyenne et, donc, une ville ou ses habitants et usagers sont bien considérés comme des acteurs associés aux décisions importantes et non comme récepteur de décisions imposées par matraquage et désinformation permanente.

  • Après le non respect du résultat de la consultation sur la collecte des ordures ménagères afin de maintenir uniquement la tranche ferme du marché au prestataire souhaité par le 1er adjoint alors président de l'agglomération,
  • Après le coup de l'augmentation de +12% des impôts locaux soit disant pour couvrir "une pseudo faillite de la ville" que les chiffres officiels ont largement démenti depuis,
  • Après avoir utilisé la même recette périmée au Conseil Départemental avec +30% d'augmentation des impôts,
  • Après un référendum avorté avec moins de 10% du corps électoral pour soutenir le PLU de la Maire,

Sylvie Carillon et son 1er adjoint poursuivent un travail de démolition de la démocratie locale de proximité, du vivre ensemble la ville et de l'exigence d'une gestion transparente de la ville de Montgeron.

Afin qu'une option éclairée et planifiée puisse être à la base des décisions futures (d'investissements et/ou de mode de gestion différents) les élus GRC/MRC exigeront dans le débat budgétaire du mois de décembre des engagements clairs de la municipalité pour que demain comme hier, les usagers de la restauration municipale puissent manger en toute sécurité sanitaire et à un coût correspondant à leur besoin.

Quelques éléments de lecture pour en savoir plus :

http://www.mairieconseils.net/cs/BlobServer?blobkey=id&blobnocache=true&blobwhere=1250168674799&blobheader=application%2Fpdf&blobcol=urldata&blobtable=MungoBlobs

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/sites/default/files/publications/guide_rcr_fnh2010.pdf

http://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/daj/marches_publics/oeap/gem/ARCHIVE-nutrition/nutrition.pdf 

 

Commenter cet article