REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !

Publié le par MGRC

REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !

Le Mardi 17 mai à 20h30 s'est tenue, en salle des mariages, une réunion publique convoquée quatre jours avant, dans l'urgence, suite au droit de réponse demandé par l'Association "Montgeron Environnement".

L'article paru dans le Montgeron Mag de Mai sur le dossier Eiffage comportait des informations erronées !

Malgré une invitation tardive et partielle des Montgeronnais, une cinquantaine de personnes ont ainsi pu découvrir, l'état d'un dossier qui ne sera pas sans incidences, tant sur les contraintes urbaines du quartier de la gare, que pour les finances communales (donc l'utilisation de leurs impôts).

Une fois passée l'introduction liminaire de la Maire dont l'essentiel tenait en des affirmations péremptoires d'autosatisfaction : "C'est un projet acceptable", "on est arrivé au bout du bout de ce que l'on pouvait obtenir", "c'est un projet plus intégré dans le quartier"... Surprenant pour une Conseillère Régionale d'Ile de France ", l'EPFIF est un outil d'intervention de l'Etat" alors même qu'il est présidé par Valérie Pécresse (Présidente de la Région IDF) et que l'Etat dispose de quatre sièges contre 58 sièges pour les élus locaux (dont 13 pour la région - voir schéma joint).

Les personnes présentes ont pu découvrir l'état des lieux du dossier et intervenir. Les informations portées à connaissance sont les suivantes :

Le prix d'acquisition par Eiffage est ramené à 1,2 M€ laissant un déficit global d'opération de +/-400 000€ à la charge de la commune.

-Le projet initial de 2014 portait sur 1 865 m2 de parcelles pour 3 655m2 constructibles, 57 logements dont 17 sociaux et 35 places de stationnement en sous sol

- Le projet présenté le 20 mai 2015 portait sur 2 282m2 de parcelles (dont celle achetée par la commune depuis mars 2014) pour 3 773m2 constructibles, 57 logements dont 21 sociaux et 44 places de parking en sous sol.

Le projet présenté et validé par la municipalité porte sur ces 2 282m2 de parcelles pour 2 900m2 constructibles, 46 logements dont 14 sociaux et 40 places de parking en sous sol.La hauteur des bâtiments passent de 12/16 mètres à 9/14 mètres.

L'accès et la sortie du parking sous-terrain se fera directement sur la rue du Général Leclerc (déjà fortement encombrée par le flux de circulation).

Une étude des aménagements de la voierie aurait été réalisée par les services du Conseil Départemental, mais non communiqué. (Une saisine sera faite du Président du Conseil Départemental pour communication de cette étude et son évaluation financière)

Les surfaces commerciales sont réduites à 160 m2, en deux lots (121m2 et 39m2) avec accès à l'angle de la rue du général Leclerc et de la rue de Concy, sur un trottoir d'une largeur maximum de 3 mètres et un stationnement extérieur limité, rue de Concy.

Suite à cette présentation, les riverains et associations de défense de l'environnement ont tenu à s'étonner de la faible évolution du dossier au regard des engagements de campagne pris, par l'équipe municipale en place, allant jusqu'à considérer que l'aboutissement de ce dossier, pouvait être assimilé à une double peine pour les Montgeronnais.

Pour les riverains, le maintien d'un projet dense sur les parcelles Eiffage, complété de la parcelle acquise par la municipalité (+/-350 000€) et pour l'ensemble des contribuables de la ville, une facture complémentaire de 400 000€ (soit 2 à 3 points de fiscalité locale) à régler à l'EPFIF, au titre du différentiel entre le prix d'acquisition EPFIF + frais de gestion et le prix de revente à Eiffage.

Face à cette présentation, Christophe JOSEPH, élu MRC, a interrogé la Maire et son premier adjoint sur le caractère éminemment trompeur de la présentation en perspective du volume de la construction qu'en à son insertion dans le site.

Il a souhaité connaitre les motivations qui ont conduit la municipalité à ne pas intégrer l'ensemble du périmètre EPFIF dans un portage opérationnel, élargi qui aurait pu permettre un équilibre d'opération plus large, moins onéreux pour le contribuable et un droit à construire plus équilibré, permettant par ailleurs une amélioration qualitative du plan de circulation globale (rue de Concy, rue du général Leclerc et rue du Moulin de Senlis).

Il a rappelé, que les propriétaires des terrains Dardère s'étaient toujours rendu disponibles pour engager une réflexion constructive avec la municipalité, ce qui avait d'ailleurs permis le dépôt de deux projets successifs, équilibrés, sur leur parcelle de 1 hectare dont 3 000m2 constructibles, permis sur lesquels le 1er adjoint a confirmé avoir agi en obstruction systématique et la maire a confirmé avoir fait des offres anormalement basses d'acquisition sans recours, pourtant obligatoire, à l'estimation de France Domaine.

Fait plus instructif, concernant cette hypothèse de travail proposé depuis des mois par les élus GRC, la maire a affirmé avoir fait mener cette étude de globalisation opérationnelle des deux cotés de la rue du général Leclerc, prenant le directeur opérationnel d'Eiffage à témoin sur l'impossibilité d'un tel projet sur le plan économique.

Toutefois un refus a été opposé à la demande de communication de cette étude pour analyse et notamment information des propriétaires qui n'en ont jamais été informés.Au regard de ces pratiques peu orthodoxes, Christophe JOSEPH a adressé un courrier A/R au groupe EIFFAGE pour confirmation écrite des propos tenus, sous injonction de la maire, par son directeur opérationnel lors de la réunion publique et transmission des études soi-disant menées.

Concernant les besoins en logements locatifs sur la ville, les 800 demandeurs montgeronnais, l'exécutif municipal démontre le peu d'attention sur les difficultés d'habitat digne de nos concitoyens.

Dixit la maire : "Répondre aux 800 demandeurs de logement montgeronnais, sûrement pas, ça ferait appel d'air et il y en aurait encore 800 à venir." Les jeunes, les personnes âgées, les familles, bref toutes celles et tous ceux qui souhaitent aujourd'hui, pouvoir poursuivre leur vie sur Montgeron, selon leur ressources ou leurs besoins correspondant au coup de la vie, apprécieront à sa juste valeur cette sollicitude spontanée de leur Maire !

REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !
REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !
REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !
REUNION 17 MAI - PRESENTATION DU PROJET EIFFAGE - Prévision : 400 000€ à charge du contribuable montgeronnais et aucune vision stratégique du quartier de la gare !

Publié dans Urbanisme

Commenter cet article