Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

8 articles avec conseils municipaux

Compte rendu du dernier Conseil Municipal 10/12/15

Publié le par MGRC

Nous vous invitons à consulter le dernier Conseil Municipal du mois de décembre 2015, ainsi que les questions orales posées à Madame la Maire.

Les comptes rendus municipaux font depuis des mois l'objet de coupures "politiques" volontaires de la part de la Maire, nous obligeant à compléter ce document partiel et partial dans notre prochaine publication. De telles pratiques sont condamnables et anti-démocratiques, en conséquence les élus de la Gauche Républicaines et Citoyennes refuseront à l'avenir de cautionner ce document incomplet et arrangé !

 Compte rendu du dernier Conseil Municipal 10/12/15
 Compte rendu du dernier Conseil Municipal 10/12/15
 Compte rendu du dernier Conseil Municipal 10/12/15

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Premier Conseil Municipal de l'année 2016

Publié le par MGRC

     Premier Conseil Municipal de l'année 2016

Le prochain Conseil Municipal aura lieu, le mardi 26 janvier à 20h à l'Astral.

Nous comptons sur votre présence fidèle.

Ci joint les questions orales qui seront posées à Madame la maire .

1 – Lors de la commission d’Appel d’Offre de la CASVS relative à l’attribution du marché de collecte des ordures ménagères, l’élu de la gauche républicaine et citoyenne fut le seul à voter contre l’attribution du marché au regard des choix émis en toute information par la majorité de la commission. Dans un article de presse du groupe Médiapart corroboré par des liens sonores identifiables, le Maire de Vigneux sur Seine, 1er Vice-Président de la Communauté d’agglomération Sénart Val de Seine met gravement en cause la probité de votre premier adjoint et de votre quatrième adjointe sur les conditions d’attribution de ce marché et, plus globalement, sur la gestion des marchés publics y compris sur Montgeron. Conformément au principe de présomption d’innocence et au regard de la gravité des propos tenus, comptez vous engager par délibération le principe de protection fonctionnelle du par la collectivité pour faire valoir les droits légitimes de défense de tout agent public ou élu mis en cause dans l’exercice de ses fonctions (art L2123-34 et L2123-35 du CGCT)) et, dans le même temps vous porter partie civile au titre de la collectivité pour que toute la lumière soit faite sur ces assertions qui mettent en cause les conditions d’attribution du marché susvisé, le niveau d’information préalable du Président de la CASVS signataire dudit marché et, les incidences en terme de coût et de fiscalité via la Taxe sur les Ordures Ménagères supportée par les contribuables Montgeronnais ?

2 – La période hivernale a fait ses premières victimes en Ile de France. Dans une période ou la crise économique frappe durement bon nombre de nos concitoyens et ou l' exécutif du département de l’Essonne, réduit drastiquement ses obligations au titre de l’aide sociale obligatoire, pouvez vous nous faire un état des dispositifs, mis en place à Montgeron concernant la gestion d’urgence des personnes vulnérables comme les personnes âgées, les enfants et les Sans Domicile Fixe, les aides spécifiques dédiées à l’accompagnement sociale des familles en difficulté, notamment au titre des factures énergétiques, ainsi que les conditions de mise en place du Plan hivernal de la préfecture de police, avec quelles mesures de prévention auprès de la population?

3 – Lors de la réunion publique du 21 janvier dernier concernant la réhabilitation de la route départementale RD448 dénommée route de Corbeil, vous avez présenté le programme en trois tranches de vos projets d’aménagement. Pouvez vous confirmer d’une part l’absence d’études sur les impacts globaux de déport de circulation et de plan de circulation sur l’ensemble des quartiers impacté par ces aménagements et, préciser d’autre part le niveau de l’engagement financier sur les trois prochaines années pour le reste à charge relevant de la commune sur un budget global évalué à 1,7 millions d’euros ainsi que les modalités de mise en œuvre des marchés correspondant ? "

Vos élus Gauche Républicaine et Citoyenne de Montgeron.

Ordre du jour de la séance:

CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JANVIER 2016 A 20H00 – SALLE DE SPECTACLE – L’ASTRAL
Désignation d’un secrétaire de séance Adoption du compte rendu du Conseil Municipal du 10 décembre 2015
1. Adoption de l’ordre du jour 2. Vote du Budget Primitif 2016 3. Remise gracieuse pour le régisseur de la régie de recettes des stationnements du parking Foch 4. Autorisation donnée à Mme le Maire de signer une convention avec l’établissement scolaire Sainte-Thérèse relative aux conditions de financement des dépenses de fonctionnement des écoles élémentaires 5. Mise en place d'un compte épargne temps (CET) 6. Règlement des congés – Ville de Montgeron – CCAS – Caisse des Ecoles Laïques de Montgeron 7. Modification du tableau des effectifs 8. Autorisation de recrutement d’un agent non titulaire sur un emploi permanent de catégorie B (chargé de communication – infographiste) 9. Autorisation de recrutement d’un agent non titulaire sur un emploi permanent de catégorie A (chargé de l’environnement et de l’économie locale) 10. Autorisation de recrutement d’un agent non titulaire sur un emploi permanent de catégorie A (ingénieur en bâtiment) 11. Demandes d’adhésion au réseau GESAT et de subvention au FIPHFP pour cette adhésion 12. Plan communal de sauvegarde (PCS) de la commune de Montgeron 13. Cession de la propriété communale sise 12bis rue d'Yerres à Montgeron, cadastrée section AH n°279, lots n°1 et 2 14. Cession de la propriété communale sise 32 avenue Parmentier à Montgeron, cadastrée section AX n°454 15. Cession d’une partie de terrain et autorisation de dépôt d’une déclaration préalable – SCI Les Clézathides – concernant le terrain 25 rue de Chalandray – ruelle de Veau, parcelle AE n°509 16. Autorisation donnée à Mme le Maire de signer une convention relative à l’organisation d’une action de prévention routière du 06 au 08 juin 2016 17. Convention entre la Ville et les associations sportives pour le versement des subventions et de l’application des critères d’attribution (+ annexe) 18. Tarification pour une formation générale BAFA ouvertes aux jeunes Montgeronnais 19. Motion du Groupe « Montgeron, passionnément ! » : Pour que Montgeron prenne part au défi Olympique et Paralympique de 2024 !

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Retour sur le Conseil Municipal du 24 juin 2015

Publié le par MGRC

          Retour sur le Conseil Municipal du 24 juin 2015

Compte-rendu synthétique des votes et explications de vote du groupe des élus de la Gauche Republicaine et Citoyenne Montgeron lors du conseil municipal du 24 juin 2015.

"Compte rendu Conseil Municipal 24 juin 2015

Relevé des décisions prises par la Maire.

• Prestation d’assistance et accompagnement déménagement des Services Techniques
• Communication de l’audit de la restauration scolaire
• Statut association ALCV créée le 11/12/2014
• Contestation de la décision de choisir un membre du Conseil pour siéger à la commission locale d’évaluation des charges transférées sans vote.
• Avenant de 114 900 euros marché de travaux
• Constat du cumul de dépenses pour de la communication = 136 500 euros HT
• Travaux d’extension vidéo surveillance 352 514,87 euros HT
• Cumul des droits de préemption = 62 000 euros
• Extension du montant de la régie d’avances pour les menues dépenses de l’Hôtel de Ville.

Délibération 02 – Tranches QF – vote contre. Rappel intervention du CM 24 juin 2014 – Evaluation de l’impact de transformation des tranches, jamais transmise. Dimension globale de la tarification et de l’accès aux services, analyse de l’impact de la modification et réductions de nombre de tranches du QF en 2014 – Etude approfondie sur le taux d’effort et comparatif entre prestation rendue et coût pour les familles. Identifier au travers du service à rendre, ce qui relève de l’intérêt général et du portage par l’impôt et de la contribution famille, à la prestation spécifique fournie. Démonstration d’une absence de gestion de la commune et de pilotage des incidences des décisions prises pour nos administrés. Volonté des élus de la majorité, de créer une ségrégation tarifaire au détriment des classes moyennes et des plus faibles.

Délibération 03 – Tarification – vote contre et abstention sur la ligne des tarifs d’abonnement saison culturelle. Constat général d’une double peine pour les usagers du service public communal + 12% d’augmentation des impôts locaux en 2014, +2 à 5% des tarifs et une baisse des services rendus constatés – absence de comptabilité analytique des coûts par prestations et de projection d’une année sur l’autre des % d’évolutions, pour masquer le racket fiscal et tarifaire de la majorité – Une anticipation de vote des tarifs de TLE alors même que la délibération n’est pas encore actée – exonération commerce de proximité – Note un effort sur le domaine culturel par l’offre d’abonnement qui reste élevé.

Délibération 04 – DSU et FSRIF – pour. Dont acte – satisfaction du travail réalisé par les centres sociaux – Constater que l’équilibre urbain et sociologique est important aussi pour l’attribution des dotations et que le logement social, souvent considéré comme une contrainte répondant à 80% des ayants droits d’accès des Montgeronnais, dans leur parcours résidentiel est aussi une source de recette, de la part de l’Etat et de la Région IDF. S’interroge sur l’évolution annoncée de prestations, devenant payantes comme le bus du mercredi ou la diminution drastique, des moyens pour l’école constaté sur cette année scolaire et leurs impacts sur l’affectation de ces dotations – Note la mise en valeur de 310 960,99 € de travaux dans les 10 écoles, pour un rond-point à 250 000€ - un catalogue à la Prévert sans articulation et ambition pour le territoire notamment sur les politiques en direction de la jeunesse, de l’enfance, des actions de prévention, d’une articulation sur un CLS avec un volet éducation spécialisée et la valoraisation des atouts d’un milieu sportif, conséquent dans le contrat d’objectif des financements.

Délibération 05 – Gardiennage église – contre. Affectation d’un bien communal à l’usage d’un culte, devrait supposer à minima, une convention de mise à disposition gratuite contre les missions décrites. L’indemnité de gardiennage n’a donc pas lieu de perdurer, même si la somme est modique 474,22€ l’an. Présentation du coût budgétaire de l’entretien et maintenance des églises sur le budget communal. Préfère et de loin verser une subvention équivalente aux scouts qui organisent des activités et séjours, pour les jeunes de Montgeron.

Délibération 06 – Abrogation délibération DST – Abstention Il s’agit d’un problème d’interprétation juridique des textes, régissant les droits d’accès des non fonctionnaires à l’équivalence statutaire de grade et non d’emploi fonctionnel. Toutefois nous souhaiterions qu’un éclaircissement, soit apporté sur les fonctions du cadre présenté comme DST et connaitre le délai, dans lequel pourra nous être apporté, une réponse écrite à notre courrier du 4 juin dernier sur la mise en œuvre du futur centre administratif et technique, son calendrier et le projet de direction inhérent à cet réorganisation.

Délibération 07 – Aménagement du temps de travail / Accord cadre – Abstention. Concernant l’aménagement du temps de travail nous nous étonnons qu’il ne fasse par l’objet d’une approche par catégorie d’emploi (A – B – C), notamment au regard du statut au titre du régime des heures supplémentaires. Nous n’avons pas eu connaissance du PV de la Commission Technique Paritaire CTP et de l’avis des partenaires sociaux, et nous aimerions savoir comment sont gérées les heures supplémentaires par exemple celles faites par le Responsable de la Police Municipale, du Directeur des services techniques ou de la communication… Sollicités auprès de vous, lors des réunions de quartiers ou autres manifestations. Nous nous abstiendrons également !

Délibération 08 – Tableau effectif – pour

Délibération 09 – Vacations architecte conseil – contre. Doublon avec la délibération numéro 26 d’adhésion et de convention avec le CAUE. L’architecte conseil ne peut postuler sur les maitrises d’ouvrages publiques – indice 658 = 3046,54€ pour 151,67H = 20,08x7 = 140,60€ de l’heure. Compétence d’appui intercommunal à étudier.

Délibération 10 – Délégué SMOYS – Abstention. Nous nous interrogeons sur le retrait de madame Carillon du SMOYS qui est une de nos sources de financement, notamment sur des actions de développement durable ex : les véhicules électriques. Nous nous abstenons sur cette délibération comme sur la suivante.
Délibération 11 – Désignation d’un représentant à la commission Accessibilité Handicapé. – Abstention

Délibération 12 – 13 – pour

Délibération 14 – Convention Yerres Parking Foch et Louis Armand – Vote contre. Délibération de soutien à un projet de densification des abords de la gare de Yerres, avec 2 300m2 de surface commerciale, une galerie marchande de commerces, 150 logements, une crèche et 700 places de parking – relire les interventions CJ en CM 26 juin 2014 et 5 février 2015 – une tarification du parking Foch dont le caractère illégal est confirmé, au titre de la jurisprudence constante sur des parkings d’intérêt général, pour la desserte des infrastructures de transport en commun. Une convention de réciprocité à la charge exclusive de Montgeron – Un impact de circulation amplifié dans un secteur déjà saturé.

Délibération 15 – 17 – Convention coordination entre PM/PN et Vidéoprotection. Pour. Confirmation du bien fondé de nos demandes, lors des précédentes délibérations de convention avec bailleurs sociaux. Réaffirmer le prima de la Police Nationale dans ses missions de sécurité publique et d’enquête. Présentation de l’articulation de la Police Municipale sur l’augmentation des missions (pelouse dimanche). Motion de maintien des effectifs de Police Nationale pour le territoire (-7 agents en tenue)
Délibération 16 – Subvention FIDPD – Pour. Nous voterons pour cette délibération mais nous souhaiterions :
1. Qu’un contrat local de sécurité puisse être engagé
2. Qu’à l’avenir les demandes de subventions, puissent aussi être utilisées au titre des politiques de prévention ex : actions de sensibilisation, de citoyenneté et d’insertion, éducations spécialisés.

Délibération 18 – DSP Saint Hubert – Pour.

Délibération 19 – Délégation pour mandat agences immobilières – Vote contre. Nécessité de définir préalablement l’évaluation du service des domaines - Définir plus avant les projets concernant la cession et présentation du projet d’espace vert long de voirie pour quel cout et quelle utilité générale – Multi-choix agence ou définition de critères ?

Délibération 20 – Agenda Accessibilité Programmée. – Pour.

Délibération 21 – Bilan de concertation Règlement Local de Publicité – Retirée de l’ordre du jour suite à la demande de l’engagement d’une vrai concertation de la part des acteurs économiques, sur la base de nos commentaires ci-dessous.
Modalité de concertation tronquée – Présentation intégrant l’ensemble des types de support publicitaire – Absence de présentation des impacts financiers pour la Taxe sur les emplacements – Absence d’étude d’impact financières pour les commerçants et plan de déploiement renvoyé au calendes grecques – Rapport erroné vice de procédure – Concertation de la CMA/CCI. Révision de la TLP avec re-répartition des ressources pour financement des modifications à intervenir – Etude des obligations des commerçants, envers leur contrat (buraliste, pharmacien, libraire) et des services publics (poste, tp, etc…), plan de signalétique sur la ville.

Délibération 22 – Bien vacant 1 rue ancienne église – Pour.

Délibération 23 – Vente avenue Jean JAURES – Abstention. Absence de visibilité d’un projet global de requalification de l’avenue jean Jaures et de la gestion des mutations foncières – projection d’une ZAC sur l’ensemble de l’axe Gaston Mangin, la glacière Réveil matin – Confirmation en séance par la Maire des contacts pris avec des aménageurs et promoteurs, en vue de construire sur ce secteur sans concertation des riverains.

Délibération 24 – Charte Pelouse – Abstention. Nous ne sommes pas opposés sur le fait d’avoir un partenariat avec l’APE Association Pelouse Environnement, mais d’une part nous n’avons aucune information, sur la présentation de l’Association, le nombre d’adhérents, les actions menées sur le territoire et aucun projet sur le suivi d’un comité de pilotage. D’autre part, rien n’est arrêté, au niveau du Conseil Municipal, et cela doit s’inscrire, dans un plan de déplacement de circulation douce, qui doit prendre en compte les 2 tiers du territoire restant. Pour toutes ces raisons nous allons nous abstenir sur cette délibération !

Délibération 25 – Ville fleurie – Pour.

Délibération 26 – Adhésion CAUE – Pour. Rappel de l’existence de la Maison départementale de l’habitat, outil d’information efficient au service des Essonniens.

Délibération 27 à 31 – Pour.

Délibération 32 – Projet Educatif De Territoire (PEDT) – Vote contre. Félicitation au service qui a transmis un document de travail statistique instructif, mais qui n’ait en rien une retranscription des orientations politiques pour l’éducation et l’enfance – Casse de l’outil d’intervention Caisse des écoles – Mobiliser les énergies et les projets – l’aménagement des rythmes scolaires une opportunité d’agir – une priorité pour des écoles en besoin d’accompagnement – Une année horribilis – une commission fantoche annoncée dès le 10 avril 2014 qui a débouché sur un non projet
Quelques chiffres des enjeux pour un vari PEDT à Montgeron
Moins de 14 ans 19,6% de la population globale 4 206 enfants
Taux de chômage 9,7%
Famille avec enfants 31,7% de la population totale 2 883 ménages.
Taux de familles monoparentales 9,2% (836 familles)
Potentiel d'enfants scolarisables maternelles 1161 / 856 inscrits (2 à 5 ans)
1399 élémentaires (6/10 ans)
Effectif concernes par le PEDT 986 maternelles + 20 de moins de 2 ans + 1590 élémentaires
Projection à la hausse des prévisions de besoins scolaires pics constants depuis 2005.
10 établissements scolaires
84 enfants hors communes dont 50% de Vigneux sur Seine.
108 enseignants pour une moyenne de 26 enfants par classe
Fréquentation du temps méridien 2526 enfants/1700 rationnaires soit 66% des effectifs des écoles.
Fréquentation études surveillées. 1576 soit une moyenne de 300 élèves dont une forte propension sur Jean Moulin et Ferdinand buisson.
Accueil post scolaire 2526 /200 enfants jours en moyenne, soit 8% des effectifs. Avec un forte demande sur Gatinot, Jean moulin et Ferdinand buisson. Constat identique pour le périscolaire.
Un partenariat raté, une année de travaux inentamée, 80% des conseils d’écoles rejettent votre non-projet éducatif pour le territoire. Un constat d’échec global de l’action de l’adjointe en charge de l’éducation et de la majorité municipale.

Délibération 33 – Frais scolarité – Pour.

Délibération 34 – 35 – 36 – Petite enfance – Pour. Nous tenons à remercier les Services pour la qualité des informations transmises aux élus, lors de la réunion, sur la petite enfance le mois dernier. L’importance de l’accompagnement des familles et des assistantes maternelles notamment dans le cadre du RAM (Relais des assistantes maternelles) permet d’avoir un un rôle primordial sur la socialisation des enfants et dans le cadre d’un partenariat avec l’éducation nationale, vers les écoles maternelles. Tout ceci , doit aussi s’inscrire pleinement dans le cadre d’un véritable projet éducatif territorial (PEDT) dès le plus jeune âge. Il est à noter que notre territoire ne manque pas de capacité d’accueil des moins de 3 ans, mais qu’il s’agit bien d’accompagner l’offre et la demande du secteur libéral, tout en assurant une structure municipale de rencontre qu’est le RAM. Quelques chiffres parlent d’eux même :
155 Assistantes Maternelles dont 131 actives, 437 places d’accueil à domicile, 58 assistantes maternelles remplissent totalement leur agrément de 4 enfants au total /AM, 14 AM sont sans enfant à la Prairie de l’Oly, Et une grande majorité des AM résidentes à la Forêt, n’ayant qu’un seul enfant . Par ailleurs seuls 51,61 % des effectifs d’assistantes maternelles, fréquentent le RAM. Cette démarche qualitative doit être renforcée. Nous voterons pour les 3 délibérations.

Motions déposées sur table:

1 – Motion relative au report de l’échéance créant les nouveaux EPCI du 1er janvier 2016 au 1er janvier 2018 – Déposée par la majorité UMP/DLF – Refus de participer au vote.
Démarche strictement politicienne visant à masquer l’incurie de la gestion par l’équipe municipale et le 1er adjoint / Président de l’agglomération Sénart / Val de Seine. Constat de la carence de débat public, devant les citoyens sur un dossier éminemment important pour le projet de territoire et la défense des intérêts des Montgeronnais, pour les prochaines années notamment en termes de services et fiscalités. Un constat global d’absence de vision à court, moyen et long terme de la majorité dans un environnement institutionnel qui requière, plus qu’un amateurisme affiché. Relevé d’incohérences stratégiques de la part de François DUROVRAY dans les comptes-rendus de la commission régionale de coopération intercommunale démontrant son parti pris, initial du regroupement avec la CAVY de son ami Dupont Aignan au détriment des intérêts de Montgeron et de la CASVS.

2 – Motion relative au défi olympique et paralympique de 2024 – Déposée par le groupe « Montgeron Passionnément » - Retirée du vote après échanges

Suite à ce conseil municipal, le Groupe des Elus de la Gauche Républicaine et Citoyenne a saisi le Préfet de l’Essonne, pour l’annulation de deux délibérations concernant la fixation des tarifs et la convention du parking Foch avec la ville de Yerres et un avis sur la délibération, concernant l’accord cadre d’aménagement du temps de travail des agents municipaux. (voir parution antérieure du courrier au Préfet)."

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Tribune sur le journal de Montgeron

Publié le par MGRC

Tribune sur le journal de Montgeron

La tribune signée par Christophe JOSEPH (MGRC - MRC) - (groupe de la gauche rassemblée à la CASVS)

"Intercommunalité - Les citoyens privés de débat.

Depuis plus d’un an, nous demandons votre consultation sur les différents périmètres de regroupements intercommunaux. Avec vous, nous avions collectivement la possibilité de peser dans la discussion face à l’Etat.

Les conséquences fiscales seront lourdes et la droite porte seule la responsabilité des conditions désastreuses d’une union forcée avec la Communauté d’Agglomération du Val d’Yerres surendettée.

Sans véritables projets de territoire notamment en termes de transport, d’économie, d’emplois, d'environnement, d'accès à la santé, de pratiques culturelles et sportives ou de services publics de proximité, le budget 2015 de l'agglomération n'est qu'une parenthèse sans âme de gestionnaire sans inspiration.

Pourtant le contrat de ville 2015/2020, adopté à l'unanimité le 8 avril dernier, définit bien les enjeux de notre territoire, tant dans les quartiers de politique de la ville (l'Oly, les Bergeries, la Forêt et la Croix Blanche) que sur les perspectives générales pour le territoire en terme de peuplement, de lien intergénérationnel, d'anticipation des besoins de logements, de mixité sociale, de prévention et de sécurité publique.

Faire "la ville", suppose une ambition et une volonté de piloter l'intervention publique sans alourdir la fiscalité.

L'accumulation du nombre de mandats n'est pas compatible avec la bonne conduite des dossiers de la CASVS. Dans l'intérêt général, la majorité doit en tirer toutes les conséquences !"

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Intervention sur le Compte Administratif 2014 -

Publié le par MGRC

Intervention sur le Compte Administratif 2014 -

Intervention du Groupe des Elus de la Gauche Républicaine et Citoyenne (GRC) sur le Compte Administratif 2014 - Conseil Municipal du 16 avril 2016

"Madame Carillon, Monsieur Durovray , Madame Boulay, Madame Dolfuss

Permettez moi de vous interpeller solidairement concernant ce compte administratif 2014 car il est la preuve vivante des contre vérités qui ont pu été déversées pendant des semaines sur la situation financière de notre ville, ceci afin de justifier votre prélèvement fiscal exorbitant de +12% sur les contribuables montgeronnais. A cette augmentation des taux s’ajoutent l’augmentation des bases mais surtout l’augmentation de tous les tarifs des services publics communaux.
Quelques chiffres édifiants et une analyse comparée avec le résultat 2013 de ce compte administratif 2014 s’imposent donc.

En section de fonctionnement

Si l’on s’attache à regarder la partie recette :

Concernant les impôts locaux et taxes, la progression de recettes globales et de +355 063€ soit + 1,17% par rapport à 2013, progressivité limitée des recettes dont il faut poursuivre l’analyse détaillée. En effet, si l’on regarde uniquement la ligne 73 111 correspondant aux impôts locaux - contributions directes, l’impact direct de vos augmentations se traduit par un prélèvement sur les ménages montgeronnais de + 1 963 338€ soit +12,75%, près de six fois plus que les 2,2% sur la taxe d’habitation et 2,53% sur la taxe foncier bâti annoncées dans votre supplément au Montgeron-mag de mai 2014. Réalité que chaque montgeronai(se) a pu douloureusement ressentir sur sa feuille d’impôt à l’automne dernier.
Concernant les dotations globales la diminution du cumul de ces dotations entre 2013 et 2014 enregistre une perte sèche de 322 128 € soit -3,92%

Concernant l’équilibre général nous constatons donc que le différentiel entre les recettes et les charges de l’exercice dégage un excédent de 4 666 791€. Nous constatons surtout que le montant des crédits budgétaires inscrits au budget primitif 2014 font l’objet d’une annulation de crédits en dépense de fonctionnement à hauteur de 4 620 712€ soit 15,10% des crédits provisionnés, confirmant ainsi votre opération d’exagération préalable des besoins budgétaires pour mieux argumenter votre décision de matraquage fiscal sur nos concitoyens. Pour mémoire en 2013 les annulations de crédits de dépense de fonctionnement correspondaient à 640 415€ soit seulement 138 fois moins.

Regardons, maintenant de plus près le détail des dépenses réelles de fonctionnement en 2014. En s’arrêtant sur les grandes masses nous pouvons constater que les charges de personnels continue à progresser passant de 62,15% (base DGCL) des dépenses de fonctionnement en 2013 à 67% en 2014 soit une progression de 4,85%, sans doute très partiellement explicable par l’intégration sur quelques mois de personnels comptabilisés préalablement sur la Caisse des Ecoles Publiques Laïques. Vous ne manquerez donc pas de nous communiquer le détail de cette répartition et progression.

Concernant les charges financières, part correspondant aux intérêts d’emprunts, le remboursement en capital restant affecté en section d’investissement, il est à noter une diminution non significative de celle-ci de -2,34% soit -22 861€ par rapport à 2013. Vous en conviendrez cela confirme dans les faits que la gestion des emprunts pour financer les équipements nécessaire aux services rendus à la population, intégrait bien une approche phrasée des investissements lors des précédents mandats, dans une négociation dynamique des taux d’emprunt applicable, en sommes ce que fait chacun de nous dans notre gestion patrimoniale et nos acquisitions. Vous je ne sais pas, mais moi je n’ai pas pu payer mon pavillon sur fond propre, en cash, et il m’a bien fallu emprunter sur 20 ans. Il en est de même pour une commune, mais nous y reviendrons.

Concernant, justement la capacité d’autofinancement de la section d’investissement, Le virement à la section d’investissement subit une dégradation à hauteur de 62 943€ passant de 3 606 223€ en 2013 à 3 543 280€ en 2014, -1,73%.
Si l’on s’attache maintenant rapidement à la section d’investissement.
Concernant les recettes autres que l’autofinancement, et s’agissant de l’emprunt, il est à rappeler que vous aviez maintenu au budget primitif le même niveau de recours à l’emprunt que celui inscrit en 2013 à hauteur de 4,4 millions d’euros. Le résultat comptable de vos engagements de crédits et mobilisation d’emprunts pour 2014 laisse apparaitre une mobilisation de seulement 38,95% de ces crédits inscrits ce qui dans une période de très faible taux des offres de crédits pour les collectivités locales (1,75% sur 25 ans) interpelle sur la gestion dynamique de la dette et l’absence de stratégie financière de celle-ci.

Dans le même temps nous enregistrons une augmentation de +8,38% du remboursement en capital des emprunts qui progresse de+ 209 355€ passant de 2 496 000€ en 2013 à 2 705 355€ en 2014 sans véritable impact sur l’encours de la dette.

Au titre de la section d’investissement la aussi l’ampleur des crédits annulés entre le budget primitif et le compte administratif interroge. En recette il ne s’agit rien moins que 6 317 406€ de crédits annulés dont certes les 2 700 000€ d’emprunt non mobilisé, soit 35,56% des autorisations de crédits inscrites au budget primitif (17 760 995€).

En dépense ce sont 1 828 796€ qui font l’objet d’une annulation d’inscription budgétaire soit 13,65% des crédits inscrits au budget primitif 2014. Si l’on y rajoute les 2 113 337€ de restes à réaliser (dont un jour sans doute la finalisation du parking Foch et de la voierie qui se font désirer) on peut légitimement s’interroger sur l’état de non réalisation des engagements des crédits inscrits en section d’investissement.

Avant d’en arriver à la conclusion de mon intervention, je voudrais attirer votre attention sur quelques éléments chiffrés de l’annexe du compte administratif relative aux concours et subventions aux associations, établissement scolaire de droit privé et centre d’action social communal. Le montant annuel des subventions versées aux acteurs associatifs montgeronnais est de 269 643€ soit l’équivalent de 1% des dépenses réelles de la ville. Cette annexe laisse apparaitre que sur le bloc des financements stricto sensu des associations l’ordre décroissant d’attribution des aides communales hors valorisation des équipements et services mis à disposition est le suivant par nature d’activités :

Sport - 191 600€ + 26 500€ - 80,88% des subventions allouées
Culture - 16 880€ - 6,26%
Relations internationales – 10 100€ - 3,74%
Politiques de la ville – 7 493€ - 2,77%
Environnement – 4 450€ - 1,65%
Social – 4 400 – 1,63%
Anciens combattants – 3 970€ - 1,47%
Education – 3 000€ - 1,11%
Vie Locale – 1 250€ - 0,46%

Sans méconnaitre le rôle essentiel de l’ensemble des éducateurs et dirigeants sportifs souvent bénévoles dans le lien social et la cohésion de la communauté locale par l’apprentissage des règles, et tout en continuant le niveau du soutien légitime due à leurs actions quotidiennes, il me semble opportun de nous interroger sur le renforcement du soutien communal à la vie associative sur les autres domaines d’intervention et de centre d’intérêts de nos concitoyens notamment sur le plan culturel, social, environnemental ou encore éducatif. Un véritable plan d’actions partenariales avec toutes les associations et porteurs d’initiatives restent donc à écrire tant sur le plan communal que sur le plan intercommunal.

Concernant les subventions versées au établissement publics et privés de notre territoire, je ne peux que constater que notre Centre Communal d’Actions Sociales bénéficie d’une subvention annuelle 2,17 fois moins élevée que celle versée à l’école privée Sainte Thérèse, et réaffirmer notre souhait d’une véritable convention d’objectif avec cette école dans le cadre d’un véritable projet éducatif de territoire dont nous attendons toujours la première ligne de préfiguration.

Il va de soi qu’il ne s’agit aucunement d’une défiance à l’encontre de l’équipe enseignante de cette école privée, dont je sais quelle était volontaire dans le cadre l’an dernier de la réflexion sur la mise en place des rythmes scolaires, mais bien d’une clarification globale des dotations de fonds publics dans le cadre d’une mission de service public. De même, la nomination d’une nouvelle directrice au sein du CCAS qui a pu démontrer sa qualité et son engagement professionnel au sein du centre social Saint Exupéry devrait permettre d’avoir un vrai plan d’actions en direction des familles, de nos ainés et de nos concitoyens touchés par la crise et faire stopper les diminutions drastiques notamment des dépenses d’aides sociales facultatives enregistrées depuis 2014 dans le budget du CCAS.

Pour conclure cette intervention je reprendrai la citation d’Henry Ford qui disait : « Ne cherchez pas la faute, cherchez le remède ».

En introduction de ce conseil nous avons eu l’occasion d’échanger sur les choix politiques et les méthodes de gestion souhaitables pour les 5 prochaines années de ce mandat. Le constat que je viens de vous dresser pour votre premier et dernier exercice politique et financier en 2014 démontre la parfaite opposition entre votre propagande au frais du contribuable déployée lors de la préparation budgétaire pour soutenir votre augmentation exorbitante des impôts d’une part, et d’autre part la rigueur et l’honnêteté pédagogique requise pour que nos concitoyens puissent, en confiance, croire en la vérité des faits énoncés, surtout, lorsque, comme c’est le cas ce soir, les chiffres démentent crument les slogans de précampagne électorale.

Au delà d’une opposition politicienne et d’un jeu convenu entre initiés dont certains semblent par presse interposée se délecter à loisirs, il s’agit bien la encore d’une exigence républicaine du débat public sur les enjeux et les moyens, sur les contraintes et les devoirs, sur les droits mais aussi sur les obligations de contribuer selon ses possibilités au bien public.

L’année 2014 aura été la retranscription de vos 6 années d’opposition systématique contre tout, l’année de la confrontation entre des engagements de campagne démesurés et le champ des possibles, l’année votre apprentissage du réel mais aussi des coûts exorbitants pour tous les montgeronnais. Nous voterons contre ce compte administratif ce soir car il n’est que l’aboutissement d’une stratégie d’écran de fumée justifiant votre recours abusif à l’impôt sur les Montgeronnais, et avec un résultat opérationnel bien en deca des enjeux pour nos concitoyens et notre ville.

Demain, à compter du 1er janvier 2016 et de manière progressive sur deux ans, Montgeron, par vos choix au sein de l’agglomération, va devoir affronter de plein fouet le redécoupage des territoires intercommunaux et supporter le surendettement et le niveau de fiscalité très élevé de la Communauté d’Agglomération du Val d’Yerres. Ce chantier essentiel, tant en terme de projet de territoire, qu’en terme de répartition de la charge de l’impôt induite entre les ménages et l’activité économique, sera au cœur des politiques fiscales et budgétaires des prochaines années.

Il est donc temps de changer de méthode et de logiciel car la défense des intérêts de nos concitoyens, des usagers du service public communal et des contribuables ne souffrira ni d’amateurisme, ni de dogmatisme.

Christophe JOSEPH"

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Lettre de candidature à l'élection du Maire de Montgeron

Publié le par MGRC

Lettre de candidature à l'élection du Maire de Montgeron

LETTRE DE CANDIDATURE – Election du Maire de MONTGERON

Christophe JOSEPH
Conseiller Municipal de Montgeron

Madame, Monsieur,
Il y a un an les électrices et les électeurs de notre commune nous élisaient pour 6 années de mandat, afin de les représenter et d’assurer ensemble, mais dans le respect de nos différences, le devenir de Montgeron.
La démocratie représentative s’est traduite naturellement sur l’expression du fait majoritaire, issu des urnes, en l’investiture de François DUROVRAY tète de liste comme Maire, par la majorité du Conseil Municipal le 30 mars 2014.
Suite aux élections départementales du 29 mars 2015, François DUROVRAY a été élu Président du Conseil Départemental de l’Essonne le 2 avril 2015 le rendant de facto démissionnaire d’office de son mandat de Maire de notre commune.
S’il ne m’appartient pas de discuter du choix personnel, de celui qui présidait notre assemblée depuis seulement un an, de vouloir quitter cette responsabilité éminente de Maire pour une autre ambition légitime, il nous revient, collectivement, le devoir d’en tirer toutes les conséquences pour notre ville et sur la manière de concevoir l’engagement quotidien pour nos concitoyens de celle ou celui qui sera amené à en présider la destinée pour les cinq prochaine années.
Ainsi me semble-t-il utile de tracer les lignes fortes des dossiers importants qui, dans les prochains mois et années à venir, devront être portés pour défendre pied à pied les intérêts de nos concitoyens.
Les enjeux pour notre ville se regroupent sur plusieurs orientations décisives :
• Un véritable projet éducatif de territoire pour assurer l’avenir des enfants et des jeunes de notre ville,
• Un environnement préservé dans un aménagement concerté notamment dans le cadre de la mise en révision du Plan Local de l’Urbanisme et du PADD,
• Une démocratie réactivée sur de vrais espaces d’échanges avec les acteurs de la vie locale et les citoyens,
• Des finances optimisées pour un service public de qualité au service de tous les habitants et d’une fiscalité contrôlée et ramenée à un niveau raisonnable pour couvrir les besoins identifiés et planifiés,
• Une ville respectée au sein du futur périmètre intercommunal et l’intérêt des contribuables Montgeronnais défendus face à la CAVY endettée et à la pression fiscale exorbitante,
• Un service public modernisé et renforcé, appuyé sur la reconnaissance de l’action quotidienne de qualité rendue par les agents dévoués à la commune et ses usagers,
• Une commune qui garantie la sécurité des biens et des personnes en préservant les libertés individuelles et collectives et dans le respect intangible de celles-ci,
• Une économie locale soutenue dans sa diversité commerçante et artisanale
• Une plateforme intergénérationnelle pour une politique en faveur de nos aînés ouverte sur la vie de la cité,
• Un urbanisme équilibré pour un projet de développement durable où chacun peut vivre, travailler, se loger et s’épanouir selon ses moyens, ses ressources et ses besoins,
• Une vie associative, sportive et culturelle soutenue et renforcée pour assurer le lien social et le bien vivre ensemble,
• Une ville solidaire avec de vraies actions sociales, et de soutien en direction notamment de nos concitoyens les plus touchés par la crise mais aussi en faveur de nos aînés, des personnes atteintes d’un handicap ou encore pour une véritable politique familiale de diversification des modes de garde et d’accompagnement aux actions de parentalité,
• Une ville qui garantisse le droit d’accès de tous à la santé et à des soins de qualité et anticipe les besoins en terme de médecine générale, de spécialistes et de soins infirmiers en partenariat avec les professionnels de santé avec la réalisation d’un diagnostic territorial de santé,
• Une commune d’avenir tournée vers les bassins d’emplois et l’anticipation des inter-modalités de transports collectifs,
• Un patrimoine réhabilité et mis en cohérence sur l’ensemble de nos quartiers et en interaction de liens et d’échanges partagés,
• Une ville conviviale qui renforce le bien vivre ensemble dans le respect des règles et valeurs Républicaines, au premier rang desquelles se trouvent les principes d’égalité et de laïcité de l’espace public.
Notre commune, dans un environnement institutionnel en mutation, doit être représentée et portée par une personnalité disponible, attachée à garantir la bonne gestion de l’intérêt général et du bien public, regroupant un ensemble de compétences avérées permettant d’appréhender les enjeux stratégiques du territoire ainsi que la préservation de la qualité de vie héritée de l’histoire de notre ville.
Le travail engagé depuis mars 2014 a souvent été difficile du fait notamment d’une volonté improductive de faire vivre un clivage politique partisan, pré-électoral, dont nos concitoyens se lassent et dont la retranscription électorale oscille entre abstention et vote extrémiste en progression. Nous avons donc le devoir collectif de redonner à la politique son sens profond de gestion des affaires de la cité pour nos mandants, les Montgeronnais(es), qui attendent de nous des résultats concrets.
Si vous m’accordez votre confiance, je prends l’engagement solennel de créer les conditions de mettre en place un exécutif communal d’intérêt général regroupant l’ensemble des sensibilités républicaines du conseil municipal, sur un contrat de gestion transparent, et qui fera l’objet d’un processus de validation par nos concitoyens.
La démarche proposée de gestion du devenir de notre commune, s’appuiera sur une volonté ferme de créer les conditions d’écoute et de moments d’échanges réactivées, au sein de commissions municipales élargies sur les dossiers importants.
Un pacte républicain d’une démocratie locale refondée et une charte de bonne conduite des affaires communales seront la base du projet collectif présenté à l’ensemble de nos concitoyens, dans le cadre d’un referendum d’initiative locale, susceptible de conforter les orientations de ce mandat.
Bien évidemment, les orientations de ce contrat de gestion se déclineront au sein des instances de notre communauté d’agglomération de Sénart Val-de-Seine et je m’engage, à travailler en parfaite intelligence avec les institutions partenaires de notre commune, au premier rang desquelles je ne doute pas que nous pourrons compter sur le Conseil Départemental et son Président, élu de notre canton et de Montgeron.
J’ai ainsi l’honneur de vous informer officiellement de ma candidature à la fonction de Maire de notre commune et de solliciter votre confiance lors du vote à intervenir lors du conseil municipal du 16 avril prochain qui se tiendra à 20h à l’Astral.
Restant à votre entière disposition, je vous prie de croire cher(e) collègue, en l’expression de mon plus profond dévouement aux destinées de Montgeron et aux valeurs républicaines et citoyennes qui nous sont communes.

Christophe JOSEPH

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Intervention relative à la création du groupe des élus GRC

Publié le par MGRC

Intervention de Christophe JOSEPH relative à la création du groupe

Des élus de la Gauche Républicaine et Citoyenne (GRC)

Conseil Municipal du 15 décembre 2014

Monsieur le Maire

Mesdames et messieurs les élus, chers collègues

Mesdames et messieurs ;

Constituer un groupe en cours de mandat est toujours un acte murement réfléchi car bien évidemment cet acte doit être utile au bon fonctionnement de notre démocratie locale et à nos concitoyens. Les motivations de la création du groupe des élus de la Gauche Républicaine et Citoyenne sont de plusieurs ordres mais peuvent être positionnées sur trois considérants principaux :

  • Revivifier une démocratie locale mise à mal,
  • porter l’exigence républicaine d’une vraie confrontation des idées et projets sur les dossiers importants pour nos concitoyens,
  • assurer aux Montgeronnais un espace d’expression citoyenne dans la diversité et avec la rigueur qui doit s’imposer à toutes et à tous comme acteur de la res publica plus communément appelée le bien public.

Depuis plusieurs mois, monsieur le Maire, vous n’avez eu de cesse de chercher à limiter l’expression des élus au sein de cette assemblée et de créer des meetings de concertation locale à des horaires incompatibles avec les contraintes de bon nombre de nos concitoyens du fait de leurs activités professionnelles ou familiales. Alors même que vous devriez incarner une certaines formes de rassemblement autour du principe d’intérêt général, nous avons le sentiment de vivre une continuité des affrontements permanents vécus lors du précédent mandat dont vous étiez l’un des acteurs. Ce jeu inversé des positionnements partisans ne répond en rien aux attentes de nos administrés.

Nous ne voulons pas nous inscrire dans cette démarche la, car elle ne correspond pas à notre souhait, à notre volonté d’une démocratie apaisée, affirmée, rénovée, qui permettra aux citoyens de pouvoir retrouver dans l’action de leurs élus un vrai sens de l’intérêt général au delà de l’intérêt particulier d’un élu ou d’un parti.

Pourtant les dossiers qui appellent à de vrais débats de fond et de vrais choix d’orientations ne manquent pas : révision du PLU, regroupements intercommunaux et Paris Métropole, modernisation de l’action public et maintien d’un service public local de qualité et de proximité, mobilisation rigoureuse des ressources financières et programmation pluriannuelle des grands investissements tant pour préserver le patrimoine que pour porter les projets futurs, définition d’un véritable projet éducatif de territoire en partenariat avec l’ensemble des acteurs concernés, accompagnement des plus fragiles d’entre nous et agir pour des actions de solidarités fortes, la liste serait longue. Mais comme le dit le proverbe, c’est au pied du mur que l’on voit le maçon, et pour le moment sur ces 9 derniers mois nous ne pouvons constater que la présence d’une entreprise générale de démolition idéologique des fondements du bien vivre ensemble à Montgeron.

Mais nous serons magnanime en cette période gestative de l’appropriation du pouvoir après une victoire qui ne serait vous être contestée, l’outrance de ces premiers mois ne manquera pas de laisser place à une meilleure adéquation entre les promesses inconsidérées et les réalités des possibles. Enfin nous l’espérons pour notre Ville mais aussi au sein de notre agglomération.

En conclusion, Monsieur le Maire, les élus du groupe de la Gauche Républicaine et Citoyenne, se veulent des acteurs de la vie publique locale, exigeants mais ouverts, déterminés à travailler utilement au bien être de nos administrés et vigilants aux respects des valeurs constitutives de notre démocratie représentative et de notre République fraternelle, laïque et solidaire.

En cela ne doutez pas de notre volonté de travailler avec tous les élus et notamment celles et ceux des groupes qui constituent votre opposition afin de trouver le chemin d’un large rassemblement à chaque fois que cela s’avérera utile sur les dossiers essentiels pour combattre votre politique à l’œuvre depuis 9 mois de ségrégation sociale, de ségrégation spatiale et de ségrégation fiscale et tarifaire.

Pour conclure, comme le disait Kofi ANAN, ancien Secrétaire des Nation Unies : « La seule voie qui offre quelque espoir d'un avenir meilleur pour toute l'humanité est celle de la coopération et du partenariat. » Gageons donc ensemble qu’à l’échelle de notre ville, ce message puisse être entendu sans pour autant nier nos différences.

Merci de votre attention.

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0

Intervention Conseil Municipal 25 septembre 2014 - Délibération sur le PADD de Montgeron.

Publié le par MGRC

Intervention Conseil Municipal 25 septembre 2014 - Délibération sur le PADD de Montgeron.

Intervention Conseil Municipal 25 septembre 2014 - Délibération sur le PADD de Montgeron.

Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD)

Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs ;

Lors du conseil municipal du 28 avril dernier vous avez ouvert le débat sur la révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) par une formulation de cadrage au contour flou de « ville à la campagne » opposant cette conception à celle de banlieue à connotation plus péjorative à vos yeux. A moins que vous ne repreniez à votre compte le discours de la fin du XVIIIème siècle qui faisait de la ville le lieu de la corruption et de l’artifice par opposition à une campagne érigée en conservatoire de la pureté naturelle et des bonnes mœurs.
Interpellé par notre collègue Pierrette PROVOST lors du conseil municipal suivant afin de connaitre votre conception urbanistique, stratégique et votre vision du territoire à long et moyen terme ; nous aurions pu espérer que l’élaboration du PADD s’accompagnerait d’un vrai travail de fond et d’échanges ouverts à l’ensemble des acteurs et partenaires de la ville et, de ses élus.

Malheureusement il n’en est rien !

Vous aviez pourtant le choix, et en optant pour une révision complète du PLU avec modification du PADD, vous avez en toute connaissance de cause donné du temps au temps alors même qu’il vous était possible de corriger ponctuellement par la procédure de la modification simplifiée tel ou tel aspect du PLU notamment en terme de règle de places de stationnement pas suffisamment contraignante sur certains secteurs d’aménagement urbain.

Ce temps laissé à la réflexion aurait pu être mis à profit pour engager une vraie démarche collaborative élargie, constructive d’une projection éclairée des enjeux et besoins dans un environnement en mutation profonde. A la lecture de ce PADD le choix retenu se rapproche plus d’une vision parcellaire des enjeux, véritable mikado d’intérêts individuels au détriment des besoins à identifier et de l’intérêt général.

L’absence de travail en commission et votre démarche de happening permanent, peu probante en termes de représentativité de la diversité des catégories sociaux-professionnelles et d’usagers qui composent notre commune, confirme s’il en était besoin, qu’au delà du discours trop imprécis pour en être impressionnant, votre démarche n’a pour objet que de conforter une vision idéologique de la gestion du devenir de notre ville.

Mais avant de rentrer dans le corps même du document soumis à débat ce soir, quelques rappels utiles de la situation réelle de notre ville.
Aujourd’hui l’occupation des sols de notre territoire se répartit de la manière suivante :
• Espaces naturels : 48,75%
• Espaces construits : 45,2%
• Espaces ouverts : 6,05%
Soit 20,46 habitants à l’hectare.
L’évolution de l’occupation du sol entre 2008 et 2012 aura été plus que limitée les données chiffrées de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme en témoignent :
• Habitat individuel : +0,97%
• Habitat Collectif : +1,50%
• Activités : +0,07%

La vérité des chiffres officiels contredit pleinement vos arguments de campagne sur le bétonnage de la ville sous les précédents mandats.
Le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) est la clef de voute du dossier de Plan local d’Urbanisme (PLU). Il définit les orientations générales d’urbanisme et d’aménagement retenues pour le développement futur de l’ensemble du territoire. Il se veut un document concis et le plus pédagogique possible, construit dans une démarche itérative afin d’en affiner le contenu et la rédaction. Tout l’inverse de ce qui nous est présenté ce soir en quelques sortes, tant sur le fond que sur la forme.

Que lisons-nous ?

Un préambule révélateur d’un mode de pensée qui reste dans l’incantation et qui voudrait laisser croire que le Maire a une toute puissance contraignante face aux grands projets portés par l’Etat et les autres collectivités. Comment ne pas y voir une nouvelle tribune politicienne, ce qui ne correspond en rien à l’objet d’un préambule de PADD.

Montgeron ne vit pas hors des murs de l’Ile-de-France et, oui, elle est une ville frange du périmètre de Paris métropole. La dimension des enjeux trop localisés voir parcellisés au sein de votre document de travail n’est pour le moins pas porteuse d’une vision dynamique de notre territoire susceptible justement d’en préserver les atouts au sein d’un environnement institutionnel qui bouge.

Trois exemples éloquents des contradictions qui vous animent
1 – Dans le chapitre « Mieux vivre à Montgeron » vous affirmer vouloir rééquilibrer le rapport emplois / logements. Fort bien, mais dans quelle dynamique plus large vous inscrivez-vous pour nous donner les moyens d’atteindre cet objectif primordial pour bon nombre de nos concitoyens ?
Une partie de la réponse est incluse dans le débat que nous menons actuellement à l’échelon communautaire sur les futurs périmètres des intercommunalités et les bassins d’emplois de proximité. Les deux démarches étant menées de manière contigüe, ne vous semble-t-il pas utile de renforcer ce fait par un rédactionnel approprié au sein du PADD ?
Sur les autres solutions esquissées, comment pouvez vous afficher dans le même temps le fait de privilégier l’implantation de commerces de proximité par rapport au développement des grandes surfaces, ce que nous partageons, alors même que vous avez refusé en juin dernier de saisir le Préfet de l’Essonne sur une demande complémentaire, d’études d’impact des zones de chalandises et de circulation concernant le futur centre Leclerc de Yerres qui est réalisé en plein centre urbain à proximité de notre territoire ?
Autre piste abordée au sein de votre document, celle donnant au quartier du Réveil Matin une vocation essentiellement économique. Comment là aussi expliquer l’annulation de la vente de la parcelle au centre Leclerc de Montgeron, dont j’ai eu l’occasion récemment de vous démontrer la légalité, qui s’inscrivait dans la logique de transfert de la station essence et aurait ainsi notamment permis la requalification urbaine tant de l’avenue Jean Jaurès que de la route de Corbeil ?
Passons sur les microprojets tels que les impressionnistes et la culture chinoise au motif que le lycée Rosa Park fut le premier établissement en 1958 à dispenser cette langue, comme soutien au développement touristique qui relèvent pour le moins de l’anecdote à défaut d’être fondamentaux.

2 – Assurer l’accès à des services publics et des équipements collectifs efficaces
Sur ce point, Monsieur le Maire, permettez moi de vous lire dans texte : « Le centre ville, dynamique et bien équipé, est complété par des pôles de quartiers qui assurent une bonne répartition des services sur l’ensemble du territoire. Le niveau d’équipements communaux et intercommunaux est satisfaisant et répond bien aux besoins des habitants. »
Une lueur de vérité enfin, qui loue l’action menée par vos prédécesseurs qui pendant 20 ans ont donc su bien gérer la ville après l’avoir remise sur les rails financièrement tout en limitant la progression de la fiscalité à +2%. Lorsque vous, en 6 mois vous en êtes déjà a +12% pour couvrir les dépenses de vos engagements électoraux inconsidérés.
Sur les équipements deux dossiers ont plus particulièrement attiré mon attention, celui relatif à la réalisation d’un pont entre les deux rives de la Seine et celui du maillage de transports.
Mais la aussi, attention, mesdames et messieurs les élus et notamment communautaires, de nos choix dépendront fortement les conditions d’amélioration ou de dégradation des conditions de transports de nos concitoyens.
Choisir le regroupement croupion d’une intercommunalité baronnie autour d’un fief Yerrois ou choisir l’aventure vers le San de Melun-Sénart seront des options très préjudiciables notamment en terme d’augmentation de la fiscalité pesant sur les ménages et acteurs économiques et, sur l’augmentation des besoins et des coûts de transports en commun, notamment le RER D, qui a déjà eu à intégrer 30% de passagers supplementaires sur les 10 dernières années du fait du développement des villes nouvelles.

3 – Préserver le patrimoine et offrir l’accès à des logements de qualité.
Qui ne peut souscrire à la volonté réaffirmer de permettre la protection et à la mise en valeur des éléments majeurs du patrimoine bâti et paysager remarquable mais il ne vous aura pas échappé que la réalité technique et financière ne se berce pas uniquement de mots et de communiqués, voir d’inscriptions budgétaires financées par l’emprunt pour atteindre un objectif qualitatif.
Nous avons eu l’occasion hier soir au conseil communautaire de parler, par exemple, du devenir du Moulin de Senlis, mais la gestion publique nécessite moins d’approximation et plus de travail concret fondé sur des chiffres, des actes et des projets notamment avec des partenaires institutionnels fiables afin de préserver les finances locales de la ville comme de l’agglomération.
Sur ce point comme sur tant d’autres ne croyez-vous pas que la première valorisation de la ville et de son patrimoine serait de cesser à longueur de médias de dégrader son image sur les ondes en parlant de zones de non-droit ou de horde de jeunes troublant l’ordre public comme cela fut le cas cet été ?
Nous ne devons sans doute pas vivre dans la même ville !
Une bizarrerie concernant la protection des quartiers pavillonnaires. Ce chapitre prévoit le maintien de pleines terres et d’espaces verts dans les parcelles privées. Pourriez-vous nous dire jusqu’où ira l’ingérence de la collectivité dans les jardins des pavillons privés Montgeronnais et quel moyen de droit vous comptez mettre en œuvre pour contraindre les propriétaires qui ne respecteraient pas vos injonctions réglementaires?
Enfin, dernier point la transition sur les logements de qualité et je rajouterai à des coûts accessibles pour tous, ce que nous reverrons par ailleurs lors des questions diverses en fin de conseil.
Nous sommes tous d’accord pour nous inscrire dans une volonté de grands équilibres de la ville et les chiffres en introduction démontrent par eux même ces choix de longue date.
Dois je vous rappeler que le seuil de logements sociaux est fixé par la loi à 25% et non 23% ce qui est le cas aujourd’hui à Montgeron. Objectif donc presque atteint sans avoir bouleverser l’équilibre de notre ville, acquis qu’il faut donc consolider définitivement dans ce ratio pour les prochaines années dans les projets d’aménagement urbain.
Il est important de rappeler que 80% de la population Montgeronnaise est concernée par la capacité d’accès à des logements sociaux et intermédiaires dans leur parcours résidentiel notamment du fait des coups de la vie.
D’ailleurs où en êtes-vous de votre promesse électorale de créer un établissement public foncier susceptible d’œuvrer dans le sens d’une réponse adaptée à la diversification de l’offre de logements qui ne peut être uniquement laissé au secteur libre et surtout avec quels financements ?
De la même manière vous avez à mainte reprise dénoncé le taux d’inoccupation des logements libres sur le territoire de Montgeron, logements libres qui concernent tant le parc public que privé pour justifier votre réduction de construction de logements sociaux et intermédiaires sur la ville. Pourriez vous nous confirmer ce choix et quels recours de droit et réglementaires comptez vous mettre en œuvre pour contraindre notamment les propriétaires privés à mettre en location leur patrimoine conformément à vos engagements politiques et cela tout en préservant bien évidemment le droit de propriété et d’usage?
Pouvez-vous aujourd’hui confirmer vos interventions réitérées auprès des communes voisines de notre bassin de vie y compris hors Essonne pour loger certains demandeurs Montgeronnais hors du territoire et sur quel critère de sélection ?
Pouvez-vous nous informer du nombre de logements attribués depuis le début du mandat et nous faire parvenir la liste des attributaires sur cette période ?

La première lecture du document de PADD me fait aujourd’hui plus penser à un catalogue à la Prévert que d’un véritable document d’orientation stratégique de notre commune pour relever des défis de territoires en devenir et la population.
Le temps n’est pas à la constitution de quelques baronnies distribuant de ci delà quelques aumônes et prébendes. Le devoir d’un élu est bien d’anticiper pour le bien être de ses administrés les forces et contraintes qui pèsent sur le territoire qu’il gère.
Votre vision passéiste est tout simplement dangereuse pour tous nos concitoyens car elle ne permettra pas de créer les synergies nécessaires, les rassemblements utiles à défendre pleinement l’avenir de Montgeron et de ses habitants.

Une démocratie apaisée suppose le respect des corps constitués qui composent la collectivité - associations, conseil municipal, administrations et services publics, chambres consulaires et représentants des cœurs de métiers, acteurs de la vie locale. Vous avez encore le temps Monsieur le Maire de corriger ce péché originel qui accompagne vos actions depuis 6 mois d’un mandat personnalisé, mono-logiciel et peu à l’écoute des forces vives et des compétences multiples qui animent notre ville.

L’enjeu de ce PADD n’est rien moins que de poursuivre le maillage des objectifs d’aménagement de notre territoire pour mieux travailler à la réduction des fractures urbaines, ligne SNCF, nationale 6 notamment, et sociales afin de lutter contre la relégation, la périurbanisation infra-territoriale et extraterritoriale que vivent nos territoires Montgeronnais.

Enfin, il s’agit de maintenir une cohésion de tous les Montgeronnais dans une ville où il fait bon vivre ensemble en ne renforçant pas le phénomène de gentrification des quartiers, plus communément appelé développement séparé, vecteur du repli sur soi et des replis communautaires.

Merci pour votre attention
Christophe JOSEPH

Publié dans Conseils municipaux

Partager cet article

Repost 0